Des vins
et des personnalités
authentiques

Vous êtes ici

GROUPAMA ASSURANCE CREDIT Vendre sans se poser la question du “paiera, paiera pas…”

  • Adhérent

Groupama Assurance-crédit & Caution ​, un opérateur majeur de la filière VIN 

  • MILLESIME un contrat d'assurance-crédit exclusif pour les Vignerons Indépendant de France : l'assurance-crédit couvre les transactions avec la clientèle. Elle sécurise donc le poste clients, pérennise et protège le revenu, les ressources du viticulteur. 
  • Une surveillance permanente de la filière : embouteilleur, grossiste, distributeur ou restaurant... tant en France qu'à l'exportation, Groupama Assurance-crédit & Caution  suit en permanence la solvabilité de plus de 90 % des acheteurs professionnels de vins. 

Groupama Assurance-crédit & Caution, une filiale de GROUPAMA 

Groupama Assurance-crédit & Caution est une compagnie d'assurance-crédit spécialisée dans les filières agroalimentaires. Ses contrats sont diffusés par les réseaux GROUPAMA et GAN. Par sa proximité avec l'agriculture, Groupama entretient des liens forts avec les producteurs de vin. 

Des garanties complètes des impayés, quelle que soit : 

  • l'origine : insolvabilité du client, risque politique, litige commercial ; 
  •  la taille de l'entreprise : Groupama Assurance-crédit & Caution dispose de contrats adaptés aussi bien à l'entreprise personnelle qu'au grand groupe transnational ; 
  •  la destination des ventes : la France et l'exportation couvertes dans un même contrat ; 
  •  les besoins de l'entreprise : toutes les polices offrent la possibilité de moduler les garanties. 

MILLESIME, un contrat exclusif pour les Vignerons Indépendants de France 

Avec une couverture assurance-crédit, le vigneron peut sereinement vendre et se développer sans se poser la question du  “paiera, paiera pas…”. « La plupart de nos adhérents amortissent très vite leur prime d’assurance-crédit par les affaires qu’ils développent grâce à cette garantie. Par ailleurs, dans des pays où les créanciers ne sont pas forcément bien protégés, où les procédures de recouvrement (forcément plus coûteuses qu’en France) réclament beaucoup de temps, le contrat d’assurance impayés MILLÉSIME donne les moyens d’aborder de nouveaux marchés en toute sécurité » explique-t-on chez Groupama Assurance-crédit & Caution.

Pour toute information : 

Actualités  :
 
Matières premières, clé de la guerre commerciale ?
Si les États-Unis ont ravivé les tensions, la Chine dispose encore d'une carte maîtresse : ses terres rares.

Le spectre de la guerre commerciale tire les prix des matières premières à la baisse
À la fois matière première et actif financier, le pétrole n’en a pas fini de voir ses prix monter et baisser. Après avoir touché un point bas en décembre dernier, le prix de l’or noir est allé côtoyer ses plus hauts annuels avant de reculer de 21 % en quelques semaines. Les raisons sont simples : les investisseurs pensaient jusqu’en mai que la querelle entre les États-Unis et la Chine était terminée, permettant une accélération de la croissance mondiale et donc au pétrole de redevenir une denrée appréciée et consommée. Mais Donald Trump en a décidé autrement, en instaurant début mai de nouvelles taxes douanières sur les produits chinois, faisant à nouveau vaciller l’économie mondiale et par conséquent le pétrole. Les autres matières premières, dépendantes également de l’or noir, n’ont pas échappé au phénomène et pâtissent du manque de visibilité actuel.

Les matières premières, nœud gordien de la guerre commerciale
Dans les négociations en cours, les matières premières pourraient être la clé de voûte de la stratégie de négociation chinoise. En effet, le président Xi Jinping pourrait bien décider d’utiliser comme levier de négociation avec les États-Unis l’arme des terres rares, ces éléments chimiques indispensables à la fabrication d’objets technologiques (des batteries des téléphones portables à la fabrication des avions de chasse) et dont la Chine est le principal producteur mondial 
(70 % de la production aujourd’hui). Dans ce cas, la « guerre des mots » menée jusque-là sur Twitter se transformerait en guerre commerciale totale susceptible d'entraîner l’économie mondiale dans la récession.